// Add the new slick-theme.css if you want the default styling Bibliothèque numérique patrimoniale
De nouvelles acquisitions dans le fonds patrimonial de la médiathèque ! grand format De nouvelles acquisitions dans le fonds patrimonial de la médiathèque !

Le fonds patrimonial de la médiathèque, riche de plus de 6000 ouvrages publiés avant 1811, vient de s’enrichir de trois documents exceptionnels.

Une politique d’acquisition en lien avec les collections

Les fonds historiques de Valence proviennent en grande partie, pour les documents les plus anciens, de la bibliothèque de l’Université de droit et de médecine de Valence qui est fondée en 1452 et qui ferme en 1790. C’est ainsi que sont conservés à Latour-Maubourg de nombreux ouvrages de droit, de théologie et de médecine mais aussi des pièces uniques comme les diplômes universitaires et les ouvrages des enseignants. Au fil des acquisitions, nous enrichissons cette collection qui témoigne entre autre de la vivacité de la vie universitaire valentinoise sous l’Ancien Régime.

Un autre axe dans notre politique d’acquisition est bien entendu les auteurs et les éditions locales.

Les ouvrages de Laurent Joubert

Laurent Joubert (1529-1582), natif de Valence était médecin-chirurgien et professeur d’université d’abord à Valence en 1561 puis à Montpellier l’année suivante. En 1573, il devient chancelier de l’université de Montpellier.

La médiathèque conservait déjà l’ouvrage « la seconde partie des erreurs populaires et propos vulgaires touchant la médecine », avec ces nouvelles acquisitions elle conserve dorénavant les deux premières parties de cet opus, mais également le « Traité du Ris ».

Erreurs populaires et propos vulgaires touchant la médecine et le régime de santé...

V212 V212

L’ouvrage date de 1579 pour la première partie, elle est imprimée par Simon Millanges. La seconde partie imprimée à Paris par Abel l’Angelier date de 1580. C’est la quatrième édition de cet essai qui est dédiée au seigneur de Pibrac, chancelier de la reine de Navarre.

Le livre contient un ex-libris manuscrit sur la page de titre de la première partie et est illustré d’un portrait de l’auteur au premier chapitre de la seconde partie.

La reliure date du XIXe siècle et un médaillon à froid sur les plats orne l’ouvrage.

L’ouvrage est écrit en français, langue vulgaire, et non en latin ce qui donna lieu à de violentes attaques des médecins. De plus, les premières éditions de l’ouvrage étaient dédiées à la reine, ce qui provoqua de nombreuses réclamations sur le fait de dédier à une femme un livre traitant de « matières aussi scabreuses » (la médecine).

Face à ces critiques, Joubert renonça par la suite à publier l’ensemble de son traité qui devait comprendre six livres.

Traité du ris, contenant son essance, ses causes...

V213 V213

Ouvrage imprimé à Paris par Nicolas Chesneau en 1579 et illustré par le portrait gravé sur bois de l’auteur à 49 ans. Le livre a appartenu à un important bibliophile dauphinois de la fin XIXe siècle, Paul Couturier de Royas, comme l’indique les deux ex-libris de l’ouvrage. L’œuvre est dédiée à « Marguerite de France, reine de Navarre ». C’est le premier traité sur le rire qui se décompose en plusieurs thématiques (les causes du rire, les différentes espèces de rire, les problèmes du rire …)

Notons la très belle reliure : maroquin havane, large décor et fleurons à froid sur les plats, monogramme C.R. au centre, dentelle dorée intérieure, double garde, tranches dorées sur marbrure.

L’ouvrage de Guillaume Des Autelz

Guilaume Des Autelz, poète et écrivain, est né en 1529 près de Chalon sur Saône. Il passe une partie de sa jeunesse dans la région valentinoise et étudie le droit à Valence avant de se consacrer entièrement à l’écriture.

Son ouvrage « Amoureux repos », imprimé à Lyon par Jean Temporal en 1553 termine notre campagne d’acquisitions par une œuvre poétique d’un auteur local. Ce recueil contient notamment un long poème intitulé « De la ville de Romans, façons à tour, retour et en chant ».

Amoureux repos...

V211 V211

Ce livre est une édition originale ornée des portraits de l’auteur âgé alors de 24 ans et de Denyse l’Hoste, que l’auteur surnomme la «sainte ». Leur histoire d’amour sera la trame du récit de la poétesse romanaise Adèle Souchier, dans son livre « Denise de Romans et Guillaume des Autels » paru en 1875. C’est un bel ouvrage contenant des lettrines et bandeaux gravés sur bois, une impression italique et une reliure du XVIIIe siècle avec un triple filet doré sur les plats et le dos décoré aux petits fers dorés.

Remerciements

Ces acquisitions ont bénéficié du fonds de soutien financé par l’Etat (direction régionale des affaires culturelles) et la Région Auvergne-Rhône-Alpes au titre du FRRAB (Fonds régional de restauration et d’acquisition pour les bibliothèques) pour un montant de 2 880 €.


D'autres parcours peuvent vous intéresser...

© 2018. Valence Romans Agglo
Valence agglo