// Add the new slick-theme.css if you want the default styling Bibliothèque numérique patrimoniale
Le 1er régiment de Spahis grand format Le 1er régiment de Spahis

Héritier des traditions de la cavalerie d’Afrique, le 1er régiment de Spahis est une unité de l’armée française descendant du régime de marche de Spahis marocains créé en 1914 par le Général Lyautey.

Historique du 1er régiment de Spahis

Le 1er régiment de Spahis naît dans le cadre de la convention de Fès en 1912 qui instaure le protectorat français au Maroc. Créés par le Général Lyautey, les premiers escadrons de Spahis marocains sont regroupés dès 1914 en un « régiment de marche de Spahis marocains », dont descend directement le 1er régiment de Spahis actuel. Le nom du régiment provient du terme turc « sipahis » qui évoque les cavaliers de l’armée ottomane.

Après la première guerre mondiale, marquée par la participation à la première bataille de la Marne et l’engagement dans les Balkans au sein de l’armée d’Orient, notamment à Uskub (29 septembre 1918), le régiment mène diverses opérations au Levant jusqu’en 1927. C’est du Moyen-Orient qu’une unité rejoint les Forces Françaises Libres dès 1940 pour participer aux différentes opérations en Afrique aux côtés des Alliés. Puis, devenu en 1943 le régiment de reconnaissance de la 2e division blindée, il participe à la libération de la France et combat jusqu’au cœur de l’Europe.

Après un bref passage à Tours, le régiment est en garnison en Allemagne à Trèves de 1948 à 1955. Il concourt ensuite à la pacification du Maroc jusqu’en 1958, date à laquelle il rejoint l’Algérie et mène jusqu’en 1962 des opérations sur la frontière algéro-tunisienne.

De retour en métropole après l’indépendance algérienne, il séjourne à Sedan avant de rejoindre Spire où il reste jusqu’en 1984. A son retour, le régiment est intégré à la Force d’Action Rapide et rattaché à la 6ème Brigade Blindée basée à Nîmes. Le besoin de proximité avec cette brigade explique l’implantation du régiment à Valence.

Le 1er régiment de Spahis à Valence

Depuis 1984, le 1er régiment de Spahis est installé à Valence (quartier militaire Baquet), à un kilomètre du centre-ville. L’implantation de la Base de Défense s’effectue sur huit emprises militaires de la région, notamment la Maison de l’Armée, Billard à proximité de Beaumont-lès-Valence, le champ de tir et la ferme de Juventin en Ardèche.

Depuis 1990 où le régiment a participé à la libération du Koweit en s’engageant en Irak aux côtés des alliés, les Spahis sont intervenus plusieurs fois en Afrique au titre des accords d’assistance. Deux escadrons ont participé en Bosnie à des missions d’aide humanitaire dans le cadre de la Forpronu (Force de protection des Nations unies) tandis que le régiment assurait, pour la première fois, la relève du groupement terre au Tchad.

Un lien particulier s’est tissé entre Valence et son régiment : les Valentinois ont témoigné de l’intérêt qu’ils lui portent notamment lors du retour de la mission Daguet en mars 1991 ou lors de l’exercice « Spahi Vaillant » dans la région valentinoise en septembre 2012.

Les tenues

Les tenues colorées des Spahis furent créées par le Général Yusuf, créateur des premiers escadrons puis du premier régiment des Spahis. Cette tenue se composait :

-          d’un très grand voile blanc, le haïk, couvrant la tête et les épaules, maintenu à la tête sur la chechia par une corde de poil de chameau ;

-          d’une veste courte, ouverte, rouge avec des arabesques noires, rehaussée de broderies d’or pour les officiers ;

-          d’un gilet bleu ciel ;

-          d’une large culotte bouffante à la turque, le seroual bleu ;

-          de bottes en cuir rouge avec des éperons longs et pointus ;

-          d’un double burnous

Les Spahis marocains remplacèrent la veste courte brodée des Spahis algériens par un simple dolman écarlate fermé. Le haïk fut modifié par un chèche monté sur la chéchia. Le burnous bleu fut retint en bleu foncé, couleur des notables marocains. Les officiers et sous-officiers français portaient le képi bleu ciel à fond rouge et, après la première guerre mondiale, en tenue de travail, le calot rouge.

Sources et remerciements

RAVEL Jean-Paul, « Le premier régiment de Spahis de Valence a 100 ans », in Etudes drômoises n°57, mars 2014

Premier régiment de spahis 1994-1995, tome 1 : bulletin d'information, Médias Publicité, 1995

DUFOUR Pierre, Le 1er spahis des origines à nos jours, Barcelone, Fer à marquer, 1990

Nous remercions la Commandant Carole CHALAVON pour les photographies qu’elle nous a transmises.


D'autres parcours peuvent vous intéresser...

© 2018. Valence Romans Agglo
Valence agglo